Fondation "Terre de culture"

 

 L’intention des fondateurs (Isabelle Goumaz Burka et Uwe Burka) est la suivante :

Assurer la survie d’exploitations agricoles et favoriser leur rôle de créatrices de culture pour le paysage et la société.

 

Fond :

 

 

La domination d’une économie de type industriel a modifié notablement le fonctionnement des exploitations agricoles. Certes, la présence des machines et les nouvelles formes d’organisation permettent une rationalisation significative du travail. Toutefois,la pression économique augmentant en permanence, ses effets négatifs s’annoncent de plus en plus forts.Les points suivants sont à relever en particulier:

 

·La santé de „la ferme organisme“ souffre de la réduction croissante des animaux et des espèces végétales.

 

 

·Dans de nombreux endroits, l'humus - et par làla fertilité de terre et sa capacité à retenir l'eau, a diminué de moitié depuis l’apparition des méthodes de culturechimiques et industrielles.

 

·Par suite de la charge de travail de plus en plus forte, l’entretien des haies, des eaux et des forêts est abandonné.

 

·Les formes de commercialitation centralisée ont réduit la relation entre les consommateurs et les fermes presque à néant. Les produits étrangers, fréquemment meilleur marché, se révèlent plus intéressants. La position de l'agriculture locale comme la "garante de sécurité" en temps difficiles a pratiquement disparu.

 

·Devenues rares, les familles paysannes, surchargées, peinent à trouver leur rôle social et culturel qui s’amenuise dans des communes rurales désormais urbanisées.

 

·La mort de la ferme continue son avancée, non seulement à cause de la pression financière, mais également parce que, compte tenu des difficultés susmentionnées,la jeune génération n’est plus disposée à s’engager.Qu’une génération ne reprenne plus le domaineet cela équivaut généralement à la mort (assurée) de l’exploitation, son prix de vente étant prohibitif pour les quelques rares jeunes paysans à la recherche d’une ferme.

 

La fondation envisage de redonner une orientation positive à cet état de fait enjugulant les difficultés susmentionnées au moyen des mesures suivantes:

 

  1. des activités de conseil, de formation et de recherche dans les domaines tels que : la santé du sol, les plantes, les animaux, ainsi que par des concepts d’exploitation et de commercialisation.
  2. le renforcement d'une plus large conscience pour l'agriculture par l'encouragement d'échanges sociaux-culturels entre les agriculteurs et leurs voisins, jusqu’aux citadins.
  3. la mise en contact de propriétaires de fermes en fin d’activité, avecde jeunes agriculteurs désireux de reprendre une exploitation.
  4. la prise en charge ou l’acquisition d’exploitations en vue de leur protection à long terme et de leur affermage à de jeunes agriculteurs pour la durée de leur vie professionnelle.

 

 

  Fondation « Terre de Culture »               

 

Art: 1              Nom et siège

 

Une fondation avec siège à Puidoux est créée sous le nom de „Terre de Culture“ aux termes de l’art. 80 ss du Code civil suisse. Un éventuel transfert de siège à un autre endroit de la Suisse est tributaire du consentement de l’organe de surveillance.

  

Art. 2              But  

1.  La Fondation a pour but d’aider à retrouver, améliorer et développer une relation responsable entre l’homme et la nature, spécialement dans le domaine de « l’Agri-Culture », base de toute existence humaine. 

 

1.1 Dans cet objectif, elle soutient des pratiques agricoles durables qui permettent de maintenir et d’accroître la fertilité naturelle des sols (stock d’humus).

 

1.2  Elle encourage et soutient une agriculture nourricière où animaux et plantes sont en accord avec l’environnement local. 

 

1.3 Elle stimule la vie sociale, associative et responsable entre producteurs, transformateurs, distributeurs et consommateurs pour assurer une base sécurisée et viable pour chaque partie.

 

 

 

2.   La fondation permet que Culture et Agriculture se rencontrent.

 

2.1          Elle  soutient des actions, organise des rencontres, des formations et des stages  destinés à chacun, notamment aux jeunes et aux enfants.

 

2.2          Elle renforce les relations entre ville et campagne afin que les cultures paysannes et urbaines puissent se rencontrer  et croître dans le but de renforcer la cohésion entre l'homme et la nature.

 

2.3      Elle favorise les échanges entre régions qui oeuvrent dans le même sens et avec des buts similaires à ceux de la fondation.

 

 

3.  L’activité de la fondation s’étend à l’intérieur du pays comme à l’étranger.

 

4.  La Fondation ne poursuit aucun but lucratif.